Littérature étrangère·Mois japonais

Prix Yamamoto, prix littéraire japonais

En quatrième de couverture du roman Une carte pour l’enfer, il est mentionné que ce roman « a obtenu en 1992 le prix Yamamoto, le Goncourt du genre ». J’ai trouvé la liste des lauréats de ce prix ici. Il m’a paru intéressant de savoir s’il y avait d’autres romans primés qui avaient été traduits en français. J’ai pour l’instant repéré :

  • HARADA Maha. La Toile du paradis, Picquier, 2018.
  • ISAKA Kôtarô. La Mort avec précision, Picquier, 2017 (il y a 3 titres de cet auteur traduits en français, j’ignore lequel a été primé, mais je suis tentée par celui-ci).
  • EKUNI Kaori. Dans la barque de Dieu, Pïcquier, 2016.
  • YOSHIDA Shuichi. Parade, Picquier, 2011.
  • TENDO Arata. L’Homme qui pleurait les morts, Seuil, 2014 (seul titre paru en français, j’ignore s’il s’agit du primé).
  • YOSHIMOTO Banana (plusieurs titres traduits dont Kitchen que j’a déjà lu, j’ignore lequel a été primé).
  • YAMADA Taichi. Présences d’un été, Picquier, 2006 (j’ignore s’il s’agit du primé).

J’ai l’impression que Picquier suit de près ce prix littéraire, ce qui me donne des idées de lecture pour plusieurs années de Mois japonais…

UnMoisAuJapon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s